La valeur et l'historie

"Tout commençe quand le deux industriels illuminés: Cristoforo Crespi et son fils Silvio, décident d'établir, sur la rive de l'Adda, un Village idéal pour les employés: un petit état féodal, où le château du maître représentait non seulement l'autorité mais aussi la bienveillance envers les ouvriers et leurs familles."

Le Village ouvrier de Crespi d'Adda constitue, sans doute, le plus intéressant exemple du phénomène des villages ouvriers en Italie. Parfaitement préservé- en particulier dans son aspect urbanistique et architectural- le village présente une réalisation entre les plus complètes et originales dans le monde.

Crespi d'Adda constituait un modèle authentique d'une cité idéale: un intéressant, presque parfait microcosme autonome, où la vie des ouvriers, de leurs familles et de la communauté entière était gérée par la fabrique, selon un plan idéal de l'ordre et de l'harmonie. Finalement, c'était une petite île à la frontière entre le monde rural et industriel.

Crespi d'Adda: une métaphore ou une réalité ? De toute façon, le Village a sans doute constitué un pôle du progrès industriel et social.

L'histoire

L'usine et le village de Crespi d'Adda ont été construits à la fin du 19ème siècle par la famille Crespi (de grands industriels du coton), au début de l'époque de l'industrialisation en Italie.

C'était la période des grands industriels, propriétaires et philanthropes en même temps, qui- inspirés par une doctrine sociale- prétendaient à satisfaire les besoins de leurs ouvriers et à s'occuper de leurs vies dans et hors de la fabrique.

Le grand projet prévoyait une maison avec un jardin potager pour chaque employé ainsi que tous les services indispensables à leur vie: église, école, hôpital, centre culturel, théâtre, bains publics... Fondé en 1878 sur la rive de l'Adda, cette expérience paternaliste a connu une fin inexorable dans les années 20 avec la faillite de ses propriétaires et suite aux transformations au cours du 20ème siècle.

Aujourd'hui la population du village descend des anciens employés de la fabrique, qui, c'est à noter, a fonctionné jusqu'en 2003 dans le même secteur textile.

Le paysage

L'entourage de Crespi d'Adda est vraiment unique : le village est situé dans une sorte de berceau, une basse plaine triangulaire délimitée vers le Sud par deux rivières confluentes, et par une différence des niveaux du terrain, appelée "Fossato Bergamasco", vers le Nord.

Les deux rivières: l'Adda et le Brembo, forment une péninsule appelée "Isola Bergamasca" ("Ile Bergamasque") et le village est situé aux confins de cette péninsule. Le "Fossato Bergamasco" constituait autrefois la frontière entre le Duché de Milan et la République de Venise.

L'isolement géographique est aussi accentuée par l'unique route qui connecte le village à l'extérieur. Aujourd'hui ces propriétés géographiques et- en particulier- l'isolement permettent de comprendre pourquoi Crespi d'Adda a demeuré tellement extraordinaire, cachée et distante du développement chaotique des terrains qui l'entourent.

L'aspect urbanistique

L'aspect urbanistique du village est extraordinaire. La fabrique est située le long du cours d'eau, à coté du château de la famille Crespi.

Les maisons des ouvriers, d'une inspiration anglaise, s'alignent en ordre sur les rues parallèles à l'Est de la fabrique, pendant que vers le Sud se trouvent de pittoresques villas des cadres. Les maisons du médecin et du prêtre veillent sur le village du haut de la colline tandis que l'église et l'école , l'une à coté de l'autre, se trouvent en face de la fabrique.

La présence et l'importance de la fabrique sont accentuées par ses hautes cheminées et ses sheds répétés qui créent une fascinante perspective sur la rue principale. La rue, qui présente elle-même une métaphore de la vie des ouvriers, court entre la fabrique et le village avant de finir au cimetière.

L'architecture

Crespi d'Adda révèle une variété de styles, oscillant entre le Classicisme et le Romantisme.

Le château est une reproduction du style médiéval pendant que l'église constitue une réplique parfaite de l'église de la Renaissance de S. Maria à Busto Arsizio : le village d'origine de la famille Crespi. Toutes les autres constructions, du style néo-médiéval, sont décorées avec des ornements précieux en brique, typiques du "romanticismo lombardo", ainsi qu'en fer forgé. De même, la fabrique est néo-médiévale : une splendide célébration de l'industrie s'exprime dans l'entrée principale avec ses bureaux magnifiques.

Le cimetière d'un goût exotique et d'un style éclectique constitue un monument national, dominé par la chapelle de la famille Crespi : une tour- pyramide en "ceppo" et en ciment qui s'élève et "prend dans ses bras" les tombes des ouvriers: de petites croix dispersées dans le pré.

Les protagonistes

CRISTOFORO BENIGNO CRESPI:
Il naquit à Busto Arsizio (Varese) en 1833. Il était le premier-né d'Antoio Crespi descendant d'une famille d'entrepreneurs en textile surnommés " Tengitt " (teinturiers). Apres avoir aidé son père dans le commerce des tissus teints, il mit sur pied, avec sa famille, les petites usines de Vaprio, de Vigevano, et de Ghemme. En 1878 il fonda l'usine de Crespi d'Adda, en introduisant les méthodes les plus modernes de filage, de tissage et de finissage.

En 1884 il s'établit à Milan, dans le palais ou il accomplit une riche et appréciée collection de tableaux.

En 1904 il fit construire la centrale hydroélectrique de Trezzo sull'Adda. On a lui conféré plusieurs décorations entre lesquelles "Cavaliere del Lavoro" et "Commendatore della Corona d'Italia". Il mourut à Milan en 1920.


SILVIO BENIGNO CRESPI:
Fils de Cristoforo, naquit à Milan en 1868. Licencié en droit à l'âge de 21 ans, il se rendit en Angleterre pour suivre les développements de l'industrie du coton. En 1889 il entra dans l'entreprise paternelle puis en prit la direction.

D'un naturel tenace et infatigable, il s'occupa de plusieurs activités et il eut beaucoup de charges dans le domaine industriel, politique et financier. Il publie un spécimen sur les moyens de prévenir les accidents du travail, il fut le premier président de l' "Associazione Cotonieri" et membre du "Consiglio Superiore dell'Industria e del Cotone". Il fut président de la "Banca Commerciale Italiana" et de l' " Automobile Club" d'Italie.

Il fut parlementaire dans les rangs du parti libéral catholique en s'adonnant activement en faveur de l'industrie, du commerce et des problèmes liés aux conditions de travail des ouvriers. Il fut nommé ministre plénipotentiaire à la fin de la première guerre mondiale. Il mourut à Cadorago en 1944.

a cura di:   CRESPI CULTURA Associazione Culturale Villaggio Crespi   PI 02808360164   © 2017
TEL 02 90987191   SITO WEB www.villaggiocrespi.it   EMAIL info@villaggiocrespi.it   PEC villaggiocrespi@pec.it